logo
  • entete7
  • entete1
  • entete2
  • entete3
  • entete4
  • entete5
  • entete7
  • entete6
  • entete7
  • entete7
  • entete7

Textes

Il y a quelqu’un qui vient…

Après le dépaysement, la vacance plus ou moins active, le désoeuvrement ressourçant…, de l’été, et dans sa belle lumière et la chaleur dilatante, qu’avons-nous récolté… ? De monceaux et brassées de pensées, sensations, rencontres, qu’allons-nous engranger pour les jours plus courts et froids ?

Eté finissant, automne nouveau : moment de passage, où gratitude mais aussi solitude nous habitent. Car de tout ce que nous avons apprécié aux beaux jours, que restera-t-il ? Que pourrons-nous en transmettre finalement ?

Qui vient derrière nous ? et après nous, pour recueillir et faire fructifier encore et encore l’oeuvre ? Souci et désir de l’Association Culturelle Marcel Légaut, comme de toute entreprise humaine engagée, qu’elle soit de notre temps ou d’un autre, de notre culture ou d’une autre.

Ainsi un poète japonais du 18ème siècle n’a-t-il pas écrit ce haïku [ref]Ce haïku et le suivant ont été traduits et adaptés par Alain Kervern dans son livre : Grand Almanach Poétique Japonais (livre IV), éditions Folle Avoine 1992.[/ref] :

Automne des champs et des routes
Derrière moi
Il y a quelqu’un qui vient

Ce serait la réponse du poète Buson au poème de Bashô (écrit au 17ème siècle) :

Sur cette route
Nul ne vient
Déclin de l’automne

Il se trouve que Bashô a été le grand artisan de la rénovation de la poésie japonaise, et en particulier de ce genre de poème court, appelé haïku. Buson n’a pas connu de son vivant Bashô, mais il l’appréciait fort, ainsi que son oeuvre. Ce haïku qu’il lui a écrit, et comme dédié, est une pensée amicale qui enjambe le temps.

La question de la mémoire et de la transmission, on le voit, n’est pas née du dernier été, et les pensées glanées çà et là dans le plaisir du dépaysement estival peuvent venir éclairer nos préoccupations actuelles, un peu taraudantes parfois, d’une lumière inattendue, à la foi nouvelle et très ancienne… Humainement, cela peut nous aider à espérer.

Dans un mois et demi, les 15, 16 et 17 octobre aura lieu, au carmel de Mazille dans la Saône et Loire, une rencontre internationale des délégués des groupes Légaut. L’un des objectifs est de s’interroger sur les manières de transmettre la démarche spirituelle de Marcel Légaut dont ceux qui s’en inspirent expérimentent la fécondité dans leur propre vie. Elle demeure d’une brûlante actualité. A chacune et à chacun d’en témoigner avec ses charismes particuliers.

Anne Seval