logo
  • Aquarellemagnanerie

Edito février 2014

« Infimes, éphémères mais nécessaires… », cette prière de Légaut a été souvent reprise en 2013, notamment lors des obsèques de « camarades » en Savoie. Mais cette introduction peut aussi, me semble-t-il, qualifier le travail et les efforts des adhérents et sympathisants de l’Association Culturelle Marcel Légaut en 2013

  • la mise en ligne en début d’année du site de l’A.C.M.L. avec la parution mensuelle d’un éditorial et de la page d’ouverture de «Quelques Nouvelles »,
  • le week-end de Mazille en octobre où le C.A. et les animateurs des rencontres 2013, dans ce cadre contemplatif si cher à Légaut, ont travaillé le profil et l’orientation des rencontres futures,
  • les propositions du groupe des « Témoins », notamment des interventions à la demande des groupes locaux (soirées, week-end),
  • l’édition début décembre de «Une Pensée par jour avec Marcel Légaut », occasion d’une collaboration fructueuse avec Bertrand Révillion et Médiaspaul,

et aussi au-delà des faits facilement repérables :

  • l’organisation et l’animation de rencontres locales,
  • la parution régulière de « Quelques Nouvelles », qui nous relie et nous nourrit,
  • le travail d’écriture et de saisie de ceux qui, à leur manière et vers de nouveaux lecteurs, revisitent cette pensée et l’enrichissent,
  • le travail de recherche historique révélant, entre autres, l’importance du terreau communautaire dont Légaut a tant reçu,
  • le travail ingrat pour éditer de nouveaux documents audio (CD), qui viendront s’ajouter aux CD et DVD déjà produits, outils précieux de réflexion et de travail, tandis qu’une organisation est en place, que des informations sont données, des personnes mises en lien, des ouvrages mis à disposition.

Et puis, il y a ceux qui, à première vue, ne font rien… mais qui sont ce qu’ils ont à être, attentifs à l’appel entrevu ; ils sont ce terreau indispensable dont notre « petit troupeau » a besoin… Dans ce domaine, on n’évalue pas les mérites. Importe en premier lieu que chacun trouve sa place, sa voie… Certes, cette confrontation au réel, parfois brutale, révèle aussi nos pesanteurs, nos limites, nos tensions, tandis que nous avons à l’esprit les défis qui nous attendent, les évolutions qui inquiètent…

23 ans après la mort de Légaut, effectivement, « Infimes et éphémères » peuvent nous paraître nos efforts et leurs résultats, et vertigineux, l’écart entre ce qu’il faudrait et ce que nous sommes. Et pourtant, ces menues poussières d’essentiel entrevues, ces bribes d’absolu pauvrement recueillies sont fondamentalement « NECESSAIRES », même si nous ignorons pour quelle mystérieuse moisson…

Je vous souhaite, à vous qui découvrez notre association ainsi qu’à tous les membres de notre réseau, une année d’ardente fidélité, vous sachant secrètement heureux d’être appelés à cette aventure…

Francis Bonnefous,
Pdt de l’Association Culturelle Marcel Légaut