logo
  • Aquarellemagnanerie

Edito août 2015

L’ANTHROPOCENE, UN SUJET POUR L’ACML ?

Lorsque vient l’âge de l’homme à la recherche du « salut » de l’humanité.

Comme chaque année, le moment de l’assemblée générale était en avril dernier l’occasion d’échanges sur des pistes de recherche envisageables pour notre association. La question de l’un d’entre nous était : « L’ACML serait elle concernée par la question d’une écologie chrétienne ? ». Cette question m’a suggéré la réflexion  qui suit mais sur la thématique plus large de l’anthropocène en l’ouvrant sur un point de vue spirituel.

Cosmos

La Cop21(Conférence mondiale sur le climat) se tient en décembre à Paris pour traiter d’un sujet planétaire si important que le Pape François  appelle le monde  à une « conversion écologique radicale » dans son encyclique « Laudato si » de juin 2015.

Ce qui pose question, ce sont  les conséquences du  changement climatique causé par l’homme. Pour caractériser la période actuelle, on parle désormais d’anthropocène (« l’âge de l’homme »). Aujourd’hui, l’augmentation de température de  la planète vers 2100 qui semble faire consensus, est de 4 degrés. Pour tenter de se représenter cette situation, le WWF illustre pour un français cette ambiance de fin de siècle avec le climat de Marrakech à Toulouse. D’autre part  vers le milieu du siècle, la planète dont la température aura augmenté de 2 degrés, se révèlera incapable de nourrir les 9 milliards d’individus que nous serons alors. Le genre humain survivra-t-il au chambardement planétaire qui s’annonce ?. On voudrait fuir cette perspective inquiétante. Bien sûr, la tentation du déni existe.

Est-il possible de « retourner » la tendance d’une possible perte de sens et d’espoir qui pourrait émerger avec force devant nous?.  Le sage de l’Asie qui affirme que toute forme est vouée à disparaitre pour réapparaitre sous une autre forme semble déjà préparé à ce qui s’annonce. Mais cette sagesse pourra-t-elle apaiser le plus grand nombre notamment ceux qui auront faim et qui n’auront vraiment plus rien à perdre ?.  Les représentants des grands courants religieux  et leurs institutions pourront ils  contrebalancer  les  forces qui pourraient plonger la planète ,bien avant la fin du siècle, dans une sorte de « tanâtocène » dont l’hypothèse ne peut être écartée?

 Marcel  Légaut, « sondeur d’humanité et du cosmos », invitait à « s’approprier   l’évènement qui nous touche» . Et ce qui s’annonce pour l’humanité  est « l’ EVENEMENT » qui concerne tous les habitants de la planète. Alors, nous de l’ACML, ne pourrions-nous pas mettre en chantier une réflexion pour un  « homme à la recherche de son humanité » en pointant ce qui intéresse son « âge d’homme » et la  société (« quels enfants, quels hommes pour notre planète ? », « quel nouvel art de vivre ? »...).              

Pour amorcer ce mouvement, ou autre motif,  je vous invite à découvrir la toute récente réédition de « HRH *» commentée de Marcel Légaut et qui est disponible depuis juin  auprès de l’association.

                                                                                                                                                                                                                                                                 Paul

*HRH : « L’homme à la recherche de son humanité ».