logo
  • Aquarellemagnanerie

Edito novembre 2016

 Dans les soutes de l’A.C.M.L….

 Généralement, l’accès à la pensée de M.L. se fait par ses œuvres écrites, publiées par des éditeurs nationaux et reconnus, et qui ont contribué à le faire connaître auprès d’un  large public. Il existe d’autres portes d’entrées inattendues grâce au travail de collecte et d’édition entrepris par  Xavier Huot, efficacement secondé par Eliane, il y a plusieurs années.

Il y a d’abord des textes ou des topos de M.L. :

--« les Retraites avec M.L. (1977 à 1983) » : à partir d’enregistrements de Guy Sohier, elles permettent un accès souvent  plus abordables que les livres : échanges sur le vif avec les groupes visités où sont abordées des questions souvent absentes des livres,

---les 28 « Méditations des années 1979-1980 », à l’origine de « Méditation d’un chrétien du 20ème siècle »

---« Articles et Conférences « (3 tomes, 590 pages avec les références des revues, journaux, magazines de 1947 à 1990),

--- « Quelques interviews de M.L. » notamment le décryptage des enregistrements  de Pierre Babin,

---« Les lettres des Granges » (hiver 1945 à printemps 1950), 7 lettres ouvertes à ses amis,

---« L’appel de M.L. dans le Monde du 21 Avril 1989 » avec  une analyse des 800 lettres reçues,

---« L’histoire du groupe » faite par Légaut en 1962, extrait de « La vie du groupe Légaut de 1928 à 1940 ».

MLLunettes

Il y a ensuite :

---« Différents textes sur M.L. de 1929 à 2010 », 3 tomes d’articles, de témoignages,  pour saisir l’impact d’une démarche , découvrir les réactions qu’elle suscite, en particulier chez les intellectuels,…

Il y a enfin  l’aventure communautaire des groupes Légaut, à Paris, Chadefaud, Scourdois, aux Granges, à Mirmande : ce désir a accompagné Légaut toute sa vie et est fondamental pour comprendre son œuvre. Légaut ne s’est pas fait tout seul ; il était le contraire d’un isolé… :

 

---« La correspondance du groupe Légaut : 570 lettres datées de 1919 à 1978 », : une mine à ciel ouvert,

---« Le Montcelet » publié de 1938 à 1940 par l’abbé Gaudefroy (professeur de sciences à l’Institut Catholique de Paris, savant de renommée mondiale) un fidèle du groupe ; ce bulletin est l’ancêtre de « Quelques Nouvelles » d’une certaine manière,

---« La vie du groupe Légaut de 1928 à 1940 » donne une idée de la richesse vécue par cette « fraternité » atypique,

---« Les méditations du groupe Légaut de 1928 à 1940 » diffusées dans toute la France à partir de 1930, permettent de mesurer le chemin parcouru,

---«  Marcel Légaut  ou le rêve d’une communauté » de 1926 à 1992, des lettres, des circulaires, des textes pour « une vie fraternelle et communautaire favorable à une découverte toujours consciente de notre christianisme ».

Nous avons là, me semble-t-il, un véritable trésor à notre disposition (s’adresser au secrétariat de l’ACML).

Au-delà des conditions culturelles et sociales d’une époque, ces documents révèlent  le souffle d’une intuition, la rigueur d’une démarche, une recherche et une exigence communautaire singulière d’où toute idée  hiérarchique est absente. Il ne s’agit pas de pétrifier le passé  mais au-delà des contingences, de goûter à ce qui animait alors « ces camarades », d’y puiser un « sel qui ne s’affadit pas », de re-découvrir  l’ADN  de notre famille spirituelle.

Etonnante et réjouissante cargaison, toute indiquée pour ceux que les livres de Légaut rebutent, pour les groupes locaux, pour ceux qui  ont faim, aujourd’hui, d’une aventure humaine et spirituelle .

Merci Xavier et Eliane, en attendant d’autres découvertes…