logo
  • Aquarellemagnanerie

Archive des actualités, éditos, QN

Edito Juillet - Août 2021

Edito: l’unique porte d’entrée dans le mystère de Dieu, c’est l’homme, l’homme Jésus !

Le 8 avril dernier, François Cassingena-Trévedy nous disait, lors d’une rencontre sur Zoom organisée par l’Association Culturelle Marcel Légaut : « l’unique porte d’entrée légitime, désormais, dans le mystère de Dieu, il n’y en a pas d’autre que l’homme, l’homme Jésus. On ne peut entrer que par-là ! On ne peut pas raccrocher l’homme Jésus à une théodicée, à une philosophie. Dieu non pas des philosophes mais Dieu de Jésus-Christ ! C’est tout ce qu’il y a de pascalien chez Légaut. En tout cas, dans la théologie, et Joseph Moingt le dit très bien aussi, la porte d’entrée c’est l’homme Jésus et je dis bien l’homme Jésus ! ».

À quelques-uns, membres du groupe Légaut de Dijon, nous avons entrepris depuis quelques mois une lecture suivie et partagée du dernier livre-testament de Joseph Moingt, L’esprit du christianisme. Un grand livre, difficile, bousculant qui provoque entre nous - même si nous ne comprenons pas tout et heureusement que nous le lisons à plusieurs ! - des échanges en profondeur sur nos fois et nos croyances. Dans cet ouvrage, Joseph Moingt nous invite, par exemple, à lire, à comprendre et à vivre "les choses de la foi" de bas en haut : « Nous avons l'habitude de lire de haut en bas : trinité, incarnation, rédemption - sous prétexte que l'entière vérité du salut descend de Dieu vers nous. [...] Or, la foi au Dieu de Jésus, qui s'est révélé en lui, prend son commencement dans l'événement Jésus, quand il apparaît en seul vrai révélateur de Dieu, qui se révèle en lui comme notre Père des cieux [...]. Nous devons donc "renouveler" notre pensée de Dieu en la remontant à partir de son "commencement" - de son entrée en nous […] » (page 130).

Je pense que Marcel Légaut était lui aussi dans cette dynamique… même si, pour lui, Le chemin de la foi en Dieu n’est pas nécessairement « chrétien » (voir à ce sujet L’homme à la recherche de son humanité, pages 187 à 189). En effet, Marcel Légaut nous invite à repenser l’homme et l’homme Jésus au cœur du mystère de Dieu.

« Plus on découvre Jésus en se découvrant soi-même et en se livrant à sa propre mission, plus on comprend la nécessité de son avènement et plus aussi on entrevoit la profondeur du mystère qui joint l'homme à Dieu ». Ce sont les toutes dernières lignes de L’homme à la recherche de son humanité !

« Et toi, te lèveras-tu comme Jésus, à sa suite ? […] Si tu réponds positivement à cette question et fais ce choix décisif, attends-toi tout au long de ta vie, à ce qu’il soit sans cesse à refaire. […] En te donnant à partir de cette question accueillie, de ce don reçu, de cet appel écouté, à partir de ce choix fait et sans cesse refait, tu deviendras "de Dieu". […] Alors Dieu se donnera et appellera par toi, Acte en soi, Il sera acte par toi. » (Méditations d’un chrétien du XXe siècle, Le chemin, pages 104-105)

Marcel Légaut, Joseph Moingt, François Cassingena-Trévedy et d’autres encore, nous invitent donc – si cela n’est pas déjà fait pour vous ! - à un déplacement théologique, à une révolution copernicienne qui bousculent tout ce que nous avons appris - si nous avons été catéchisés - et cela a des conséquences considérables sur la manière de penser la foi, de vivre la foi et de célébrer la foi. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Il semble qu’il y a encore du chemin à faire pour ouvrir le christianisme sur un avenir digne de Jésus et c’est peut-être pour cela que, pour certains, le christianisme n’a pas encore vraiment commencé !

En avril dernier, dans le cadre d’un atelier de réflexion sur le thème comment rendre intelligible l’expression de la foi, une participante m’interpelait en m’écrivant : « Je souhaiterais avoir votre réponse sur les questions suivantes : pour vous qui est Jésus ? D’où vient-il ? Quelle est "sa parenté" avec cette grande énergie et cet esprit d’amour que par commodité les humains ont appelé Dieu ? ». J’ai alors invité chaque membre de l’atelier à oser une réponse personnelle à ces questions en y ajoutant celle-ci : que signifie, concrètement, pour moi, pour vous, être "disciple de Jésus" ? Les échanges qui suivirent furent d’une très grande richesse.

Voilà quelques questions que je vous invite à reprendre à votre tour pour nourrir votre vie intérieure durant cet été, des questions que nous nous poserons, si tout va bien, fin août à Mirmande au cours de la semaine sur le thème : Nos chemins de vie… un chemin spirituel ?

Je vous souhaite un bel été … riche en rencontres, en partages et en découvertes.

Serge COUDERC

 

P.S. : Vont paraître le 19 août et le 7 octobre 2021, aux éditions Karthala (www.karthala.com), deux ouvrages qui entrent tout à fait dans ces questionnements : Pour un christianisme sans religion. Retrouver la « voie » de Jésus de Nazareth de Bruno MORI, 296 pages, 24 € et Libérez les évangiles. Une lecture midrashique de l’évènement Jésus de John Shelby SPONG, 320 pages, 25 €.