logo
  • Entete1
  • Entete10
  • Entete11b
  • Entete2
  • Entete3
  • Entete4
  • Entete5
  • Entete6
  • Entete7
  • Entete8
  • Entete9
  • Accueil

Bienvenue

imagebienvenueL’Association Culturelle Marcel Légaut a pour mission de transmettre la pensée de  Marcel Légaut, un spirituel pour notre temps. Marcel Légaut (1900-1990), dont la particularité était d’associer la recherche spirituelle avec la vie communautaire.

Poursuivant cette approche, nous proposons chaque année des rencontres à la Magnanerie, située dans le village perché de Mirmande (Drôme).

L’œuvre de Marcel Légaut, habitée par une exigence d’authenticité humaine permet d’approcher les questions de l’existence que chacun se pose à un moment de sa vie.

  • 2020DireLesEveilleurs

Edito juin 2020

 « Jean Delumeau, historien de l’enfer et du paradis »

 C’est par ce titre réducteur que le journal La Croix annonçait le 14 janvier 2020, le décès de Jean Delumeau le 13 janvier. A mon avis, c’était faire l’impasse sur le fait important qu’il était historien des « mentalités religieuses dans l’Occident moderne », pour reprendre le nom de la chaire au Collège de France qu’il avait détenue de 1975 à 1994. Son travail d’historien (et aussi d’anthropologue) consistait en l’étude, à différentes époques, de grands thèmes collectifs, tels que la mort, la fête, l’Autre, l’étranger, l’enfant, la foi, le temps, le corps, la pudeur, … C’est la raison pour laquelle il ne s’est jamais intéressé directement aux grands personnages de l’Eglise, aux doctrines officielles, ni aux institutions et débats théologiques.

 Né le 18 juin 1923 à Nantes au sein d’une famille catholique, Jean Delumeau expliquait avoir reçu « la foi en héritage », tout en portant « un regard critique sur la religion ». Après avoir réussi un parcours académique exemplaire : concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure (lettres) en 1943, séjour à Rome (octobre 1948 - octobre 1950) à la villa Médicis, nomination en octobre 1950 comme professeur en classe Prépa au lycée Chateaubriand de Rennes. (Il s’établit définitivement avec sa famille à Cesson-Sévigné, près de Rennes). Octobre 1954 : retour à Paris pour terminer sa thèse de doctorat en histoire (obtenue en juin 1955). Reprise de son enseignement à Rennes en octobre de la même année, cette fois-ci à la Faculté des lettres, comme maître de conférences puis professeur d’histoire moderne jusqu’en 1970. Mutation à l’Université de Paris-I en octobre 1970 jusqu’en 1975, date de sa nomination au Collège de France, qu’il quittera en 1994.

Lire la suite

Quelques nouvelles juin 2020

L’ÉCHEC

Topo de Marcel Légaut du 1er août 1961 :   extrait n°4

  /… LES ETAPES DU DEVELOPPEMENT HUMAIN : la rencontre de l’amour.

MLpointant Mais supposez que la première épreuve soit satisfaite, c’est à dire qu’on est arrivé suffisamment adulte dans la vie spirituelle pour que la découverte de l’amour se passe convenablement, et que la paternité se passe aussi convenablement, il est évident que l’amour et la paternité présentent des développements ultérieurs tellement illimités que, normalement, l’homme ou la femme n’arrive pas à y correspondre à temps. Autrement dit, l’idéal qui se présente devant eux, à supposer même qu’ils continuent à voir l’étoile - elle bouge trop vite - elle exigerait une prise de conscience trop continuelle, un développement spirituel trop rapide pour que, en vérité, on ne puisse pas un jour ou l’autre se trouver avec un compte en banque sans provision.

 Il est remarquable que l’amour est la première étape manifeste de la marche vers une destinée personnelle. L’enfant essaie de trouver son originalité personnelle en s’opposant à ses parents. Mais en général, quand il s’oppose à ses parents, il se replonge spontanément dans un autre milieu qui lui sert de parent, de support, pendant un certain temps. De telle sorte que le premier tâtonnement de l’enfant vers une personnalité adulte est une sorte d’ersatz de personnalité ; il change de personnalité sociologique, il n’arrive pas encore vraiment à trouver sa propre personnalité. C’est simplement quand il commence à aimer que sa personnalité commence à s’implanter, à se présenter, car l’amour (qu’il peut porter à un jeune homme ou une jeune fille) est pour lui quelque chose qui le singularise. L’amour exige même, pour exister, que l’un et l’autre se séparent - même s’ils ne se séparent pas physiquement, s’ils restent avec les autres -, ils sont cependant déjà tous les deux « à part ». L’amour les isole et cet isolement est nécessaire pour que cet amour existe et se développe. C’est une première forme de personnalité que de se sentir différents des autres parce qu’on aime et qu’on est aimé.

Lire la suite