logo
  • Entete1
  • Entete10
  • Entete11b
  • Entete2
  • Entete3
  • Entete4
  • Entete5
  • Entete6
  • Entete7
  • Entete8
  • Entete9
  • Accueil

Bienvenue

imagebienvenueL’Association Culturelle Marcel Légaut a pour mission de transmettre la pensée de  Marcel Légaut, un spirituel pour notre temps. Marcel Légaut (1900-1990), dont la particularité était d’associer la recherche spirituelle avec la vie communautaire.

Poursuivant cette approche, nous proposons chaque année des rencontres à la Magnanerie, située dans le village perché de Mirmande (Drôme).

L’œuvre de Marcel Légaut, habitée par une exigence d’authenticité humaine permet d’approcher les questions de l’existence que chacun se pose à un moment de sa vie.

Edito juillet-août 2020

 

En ce temps inédit, comment continuer à « vivre-libres-ensemble » ?

 

Comment poursuivre notre « vivre-libres-ensemble » (1) en cette période exceptionnelle, inédite, incertaine au cours de laquelle nous ne pouvons nous rencontrer sans risque ? Comment, pour celles et ceux qui le souhaitent, engager ou poursuivre des échanges grâce aux moyens de communication dont nous disposons aujourd’hui, de l’échange de courriers à la visio-conférence en passant par les messages internet ou téléphoniques ? Je vous propose, dans cet éditorial de l’été, de la lecture - partagée ou seule - et quelques pistes non exhaustives…

 

Vivre. Un appel à vivre vrai est lancé par Jacques Musset dans son dernier livre qui vient de paraître (2). Voilà une bonne manière d’entrer ou de poursuivre la découverte de la voie spirituelle de Marcel Légaut ! Cet ouvrage n’est pas un livre de spiritualité ni de développement personnel : c’est un témoignage de vie et d’expérience de la fécondité de la démarche d’humanisation proposée par Marcel Légaut. C’est, également, une invitation pour chaque lectrice et chaque lecteur à poursuivre ou à entrer dans cette démarche d’humanisation « pour un monde plus juste et plus fraternel » (page 14). Jacques Musset écrit : « Je dédie cet essai aux hommes et aux femmes qui sont en recherche de "l’accomplissement humain" dans leur existence. […] Que chacun puise dans la démarche de Légaut ce dont il a besoin pour avancer dans la sienne propre. » (Ibid.) Personnellement, j’ai commencé à lire les livres de Marcel Légaut à partir de 2005 ; j’ai, depuis, lu et relu tous ses livres et tous les livres écrits sur lui ; j’ai lu trois fois cet ouvrage de Jacques Musset et, à chaque fois, cette (re)lecture m’a bousculé et a nourri ma vie intérieure. C’est un grand livre écrit par un « grand témoin » qui a cheminé avec Marcel Légaut, qui vit de la fécondité de sa vie et de son œuvre, et qui aide d’autres à la découvrir et à en vivre ; c’est donc un grand livre qui s’adresse aussi bien à celles et à ceux qui ne connaissent pas encore Marcel Légaut qu’à celles et à ceux qui cheminent déjà avec lui. De plus, afin de nous permettre d’aller plus loin, l’ouvrage se termine par sept recommandations - ou sept clés - pour lire Marcel Légaut.

Lire la suite

Quelques nouvelles juillet-août 2020

 

… /… LES ETAPES DU DEVELOPPEMENT HUMAIN.

  La découverte de la paternité.

ML Souriant Après l'amour, il y a la paternité ; c'est l’étape quasi normale vers laquelle conduit l'amour. Mais  cette paternité pousse, beaucoup plus loin encore que le développement de l’amour, l’individualisation et la personnalisation de chacun car le père (ou la mère) reste seul  sur  son chemin, il est père. Ses enfants n'auront pas du tout sa singularité personnelle, même s'il est père comme tout le monde (c'est-à-dire s'il embrasse ses enfants matin et soir...). Il n’y a pas deux       pères qui se ressemblent parce que leur paternité la plus originale n'est pas tellement la paternité      du dehors, c'est-à-dire celle des sentiments qu'ils peuvent porter à leurs enfants mais c'est  la  paternité du dedans. Les enfants sont encore plus vivants peut-être au fond du cœur du père qu'ils    ne sont vivants devant ses yeux. La paternité du dedans est beaucoup plus originalement personnalisante que la paternité du dehors. Ses enfants, d'une certaine manière, ne sont pas en   dehors de lui mais sont en lui et restent en lui.

 Du côté de la maman, on insiste sur le fait que le cordon ombilical doit être coupé et qu’il n'est       pas toujours bien coupé. Du côté du père, ce n'est pas la peine d'insister sur cet aspect mais il est certain que les enfants restent "dans le père" d'une certaine façon, qu'ils sont nourriciers du père,     car si le père donne à ses enfants, la présence des enfants est essentielle à la nourriture spirituelle     du père. Il y a un échange, inconscient mais très réel, qui fait qu'à l'amour que le père porte à ses enfants il y a comme un fruit spirituel pour lui-même. C’est cet  amour  (non  pas  que  nécessairement les enfants portent à leur père) que le père porte à ses enfants au-dedans de lui-  même dont je parle. Les enfants sont greffés sur sa propre vie à tel point que dans les souvenirs      du père (ou du grand-père), les enfants sont  inséparables  des  souvenirs  personnels.  On  se  souvient de sa vie, avec et sans pouvoir se séparer du souvenir de ses enfants. Quand mon père    m’en parlait, on avait l'impression que les événements de l'enfant servaient continuellement de cadence pour l'histoire du père, tellement il y a une liaison intime, essentielle, entre la vie et la présence des enfants dans le père et la vie du père.

 Cela crée une originalité qui va bien dans le sens de tout ce que nous avons dit tout à l'heure.        Plus que l'amour en un certain sens, au moins autant et dans la même direction que l’amour, la paternité engendre la personnalité, engendre la vie spirituelle.

Lire la suite