logo
  • Entete1
  • Entete10
  • Entete11b
  • Entete2
  • Entete3
  • Entete4
  • Entete5
  • Entete6
  • Entete7
  • Entete8
  • Entete9
  • Accueil

Bienvenue

imagebienvenueL’Association Culturelle Marcel Légaut a pour mission de transmettre la pensée de  Marcel Légaut, un spirituel pour notre temps. Marcel Légaut (1900-1990), dont la particularité était d’associer la recherche spirituelle avec la vie communautaire.

Poursuivant cette approche, nous proposons chaque année des rencontres à la Magnanerie, située dans le village perché de Mirmande (Drôme).

L’œuvre de Marcel Légaut, habitée par une exigence d’authenticité humaine permet d’approcher les questions de l’existence que chacun se pose à un moment de sa vie.

Nouvelle section: Histoire

icone histoireEn 2025, le groupe Légaut fêtera ses cent ans. Dans le projet qui se prépare à ce sujet, l’histoire joue un rôle, à commencer par la réponse à donner sur le fait même de cette continuité dans un contexte ecclésial marqué moins par le souci de recherche que par le souci d’orthodoxie. Et des travaux préliminaires, inachevés mais déjà avancés, existent, en particulier des biographies de membres du groupe Légaut.
Lire la suite...

Edito Octobre 2021

L’hypothèse défendue

En remerciement au Père Auguste Valensin (1879–1953) – 2

1. Dans l’éditorial d’octobre 2020 (QN n° 346), j’ai cité un texte du P. Valensin et j’ai présenté 4 points dont j’ai laissé le développement pour une autre occasion par manque d’espace. Le texte disait ceci  : «  Si par impossible, sur mon lit de mort, il m'était manifesté avec une évidence parfaite que je me suis trompé, qu'il n'y a pas de survie, que même il n'y a pas de Dieu, je ne regretterais pas de l'avoir cru ; je penserais que je me suis honoré en le croyant, que si l'univers est quelque chose d'idiot et méprisable, c'est tant pis pour lui, que le tort n'est pas en moi d'avoir pensé que Dieu est, mais en Dieu de n'être pas.  » Et  le premier point que j'ai souligné  était "sur mon lit de mort". Pourquoi cette évocation dès le commencement  ? Je porterai mon attention sur ce point.   

Lire la suite

Quelques nouvelles Octobre 2021

Pourquoi je suis resté catholique ? (suite 1)

 La première chose qui est à la base, c'est d'avoir une vie spirituelle humaine, c'est-à-dire une prise de conscience en profondeur de notre condition, avec tout ce que ça implique d'écrasant. Car enfin, qu'est-ce qu'un homme ? Déjà dans l'Écriture, un homme, c'est l'herbe des champs… Qu'est-ce que nous sommes ? Un être qui vit 80 ans, et peut-être quelques années en plus tout de même, sur une terre, une petite terre, un aérolithe qui n'est pas tellement vieux, dans une immensité dont on ne peut pas mesurer les distances. Enfin, des choses absolument impensables, de sorte que, même sur un plan très simple, notre croyance en Dieu n'est pas si facile que ça.

La première idée que nous avions jadis, [c'est qu'] un horloger est nécessaire pour fabriquer une horloge. Mais  si l'horloge n'est pas pensable, comment voulez-vous que l'horloger le soit ?  C'était pourtant, intellectuellement ou pas, une façon raisonnable d'expliquer cette croyance atavique en Dieu que nous avons reçue de nos ancêtres depuis plusieurs millénaires.(1) Même pour nous, les chrétiens, est-ce que je crois vraiment en Dieu ? Voilà une question qu'il faut se poser. Est-ce que je crois en Dieu ? Je peux en connaître la définition, je peux adorer la définition. Mais est-ce que tu crois vraiment en Dieu ? Je peux adorer le concept, je peux développer, dérouler des syllogismes sur le concept. Je peux par conséquent parler de Dieu, parler de l'impensable. Si le monde est impensable, Dieu l'est davantage encore. Est-ce que tu crois en Dieu malgré cela ? Ce n'est pas évident.

Lire la suite

Un écrivain à la recherche d'un éditeur (M. Légaut, 1968-1970)

Domingo Melero Ruiz

Quelques explications et réflexions comme cadre de cette étude

En 2018, l'Association (espagnole) Marcel Légaut (AML) a terminé la traduction des œuvres complètes de M. Légaut et nous avons donc terminé les Cuadernos de la Diáspora. En 2019, j'ai visité pour la troisième fois les archives de l'Université catholique de Louvain-la-Neuve. Cette fois-ci, c'était avec Dominique Lerch car il fallait qu'il connaisse, en tant qu'historien et membre du CA de l'ACML française, le Fonds M. Légaut-Thérèse de Scott, et que nous puissions en parler avec sa donatrice : Th. de Scott.

Personnellement, je voulais aussi lire et étudier les lettres des deux années que M. Légaut a passées avant de trouver un éditeur et de réussir enfin à publier. Parmi les vingt-huit documents qu'il a conservés, vingt-deux, entre les lettres reçues et ses propres brouillons, couvrent une longue année, entre la fin de 1968 et avril 1970, lorsque enfin, Mme Madeleine Aubier-Gabail décide de publier le manuscrit, non sans poser quelques conditions que Légaut accepte.

Si Légaut a conservé ces documents, c'est qu'il a dû penser qu'ils étaient importants pour connaître la petite histoire de ses livres. En effet, ils parlent, par exemple, de la coupure en deux de son manuscrit de six cents folios presque dès le début, bien que cette coupure n'ait lieu qu'à la fin et que, comme nous le verrons, il subsistera toujours un vide documentaire pour connaître la façon dont a été décidé l'ordre inverse de la publication des deux volumes.

J'avais déjà réfléchi depuis de nombreuses années, à ce fait de la partition. D'ailleurs, dans un article de 2009, je suis parti de ce fait et de deux autres pour exposer et réfléchir, en tant que philologue (c'est-à-dire, en tant que personne attentive aux textes et à leurs avatars), sur l'unité, recherchée et réalisée par M. Légaut dans son exposition du parcours humain, qui est comme un faisceau où, être humain, être d'une tradition spécifique et être soi-même peuvent aller de pair s'ils sont bien vécus.

Cependant, cette unité s'est perdue et estompée presque dès le début car M. Légaut, pour pouvoir publier un texte qui effrayait les éditeurs en raison de sa longueur et de sa difficulté, a d'abord accepté qu'il soit publié en deux volumes, puis que les deux volumes soient publiés dans l'ordre inverse et enfin, que certains groupes de chapitres soient republiés séparément avec la suppression de certains d'entre eux. Pour cette raison, étant donné les fractures dans la structure unitaire de son œuvre, il m'a semblé important de rappeler l'unité perdue du manuscrit qui était, pour lui, "le fruit de ma vie".

acrobaticon1Lire la suite en PDF sur ce lien.

Souscription

Marcel Légaut. Historique du groupe Légaut (1925 – 1962).

Édition annotée par Dominique Lerch, Mirmande, 2021.

Marcel Légaut a porté en lui le rêve d’une communauté, et le « conférencier mondain » mort en Avignon en 1990 revenait d’une conférence donnée à l’un de ces nombreux « groupes » dont il alimentait la réflexion. En 1962, il a éprouvé la nécessité de faire l’historique du groupe Légaut ; ce groupe à la fois parisien un temps, auvergnat, drômois : Chadefaud-Scourdois, Les Granges de Lesches en Diois, Mirmande. Cette analyse faite devant des « piliers » du groupe, les Masson et les Ehrhard, était discrètement disponible à Mirmande, à la Magnanerie, où les rencontres se tiennent chaque été depuis 1967. Durant plusieurs étés, un petit groupe autour d’Anne et Dominique Lerch a cherché à rendre ce texte compréhensible en le situant dans les courants de la recherche historique actuelle. Francis Bonnefous le préface, invitant le lecteur à continuer à saisir l’originalité d’un tel groupe. Étienne Fouilloux conclut en qualifiant ce texte de pièce maîtresse pour une véritable histoire du groupe Légaut, groupe qu’il convient d’insérer dans une véritable renaissance, durant l’entre-deux-guerres, d’une intelligentsia catholique avec différents pôles en tension.

Afin de déterminer le tirage d’une édition réalisée par l’ACML, vous pouvez souscrire à ce document d’une centaine de pages avec une vingtaine d’illustrations au prix de 12 € + éventuels frais de port (6 €). Après le 15 juin 2021,le prix normal est de 16€. L’ouvrage sera disponible à Mirmande.

acrobaticon1Télécharger le bulletin de souscription en PDF